Conférence WEB : Microsoft Azure et ses nouveautés, Mathieu QUIENNE

Pour cette première conférence sur le thème « Microsoft Azure et ses nouveautés » nous avons eu l’intervention de Mathieu QUIENNE, société Infeeny, spécialisée dans le conseil en systèmes et logiciels informatiques. Celui-ci nous a présenté sa spécialité, Microsoft Azure. Il a fait face à un public d’étudiants, principalement issus de la licence e-commerce et marketing numérique. Celui-ci a abordé différents thèmes de Microsoft.

Mathieu, expert Microsoft Azure, a été pendant 2 ans consultant fonctionnel et technique Microsoft Office 365 avant d’être consultant Azure. Après s’être présenté, il a établi un échange avec le public afin de déterminer leurs connaissances sur ce sujet. Il a poursuivi par les aspects simples qui ont permis de présenter la solution Microsoft, les bases du cloud et l’intérêt de s’en servir. Il a continué sa présentation en abordant Azure, le cloud de Microsoft, qui a suscité quelques interrogations. Il a, par la suite, abordé les avantages de l’utilisation d’un cloud pour les entreprises en prenant plusieurs exemples. Pour conclure cette intervention, Mathieu, a répondu à plusieurs questions pour approfondir certains aspects comme les serveurs et leurs utilisations par rapport aux données stockées.

Pourquoi utiliser le cloud ?

Le cloud possède beaucoup d’avantages :

– actuel : digitalisation des données, facilite le travail collaboratif, pas de mises à jour de configuration ou de sécurité

– fiable : vos données sont sécurisées et dupliquées. Par exemple, Azure fournit :

  • La sauvegarde de données
  • La reprise sur incident
  • La réplication des données
  • Sécurisé : physique et numérique

Questions posées

1) Quand les data center sont affectés, perd-on nos données ?

Pour éviter de perdre les données, il faut penser à dupliquer ses données, synchroniser son cloud. Par exemple, chez Azure, les données sont dupliquées 3 fois.

2) Comment Azure se différencie-t-il de ses concurrents ?

Le cloud Azure est accessible (produits clés en main car issus de Microsoft), hybride (une partie en locale et une autre en ligne) et sécurisé (duplication des données).

3) Sur un disque dur, les données nous appartiennent. Est ce que sur le cloud, cela veut dire qu’elles ne nous appartiennent plus ?

Les données sont chiffrées, cela veut dire que personne n’a accès à celles-ci stockées sur le cloud. De plus, en choisissant des fournisseurs d’infrastructures payantes, ces dernières vous assurent la chiffrement de vos données et le respect de celles-ci. Si vos données sont stockées localement en plus du cloud, vous seul avez la clé chiffre à porter de main.

4) Comment choisir le pays de stockage de nos données ?

Cela va dépendre de plus choses. Dans un premier temps de la législation des pays proposés, effectivement certaines lois sont complètement différentes suivant les états. Dans un deuxième temps, il faudra faire attention à la performance et au temps de chargement de vos données stockées par rapport aux personnes qui ont accès à vos données (exemple avec un site web).

 

Cette intervention placée sous l’aspect technique de Microsoft Azure, était un réel challenge, car les personnes présentes lors de cette conférence n’avaient pas spécialement toutes, des compétences dans le domaine informatiques. Mathieu a dû s’adapter en utilisant un vocabulaire moins technique afin que tout le monde puisse être à l’aise avec le sujet.

 

L’équipe projet tuteuré des conférences WEB

Intégrer la licence professionnelle e-commerce et marketing numérique

Avec l’ouverture des admissions pour la rentrée scolaire 2019, quoi de mieux que de suivre des conseils d’étudiants de la licence professionnelle e-commerce et marketing numérique pour vous préparer à l’inscription ?

Découvrez comment anticiper la rentrée, et les points importants pour vous préparer à intégrer la licence professionnelle !

  • Être organisé : un gage d’efficacité pour la licence professionnelle

L’alternance en licence pro e-commerce et marketing numérique se fait selon un rythme de 3 semaines en entreprise pour 1 semaine en formation. Durant cette période, vous serez amené à jongler entre votre vie professionnelle et votre vie scolaire. Vous aurez alors de nombreux contacts et beaucoup d’éléments à traiter.

Pour réussir cet enseignement dynamique, il faut être bien organisé dans la gestion de son temps afin de ne pas se retrouver dépasser par la quantité des tâches.

 

  • Faire preuve de curiosité : une clé pour l’obtention du diplôme e-commerce et marketing numérique

Parce que le monde du digital va vite (très vite !), il est nécessaire de se tenir informé des innovations qui sont apportées dans ce secteur. Les choses s’améliorent et changent constamment pour renforcer la performance, augmenter la qualité, ou améliorer l’expérience utilisateur, etc.

  • Procéder à une veille

Comme le dit si bien Daniel Pennac : “On ne force pas une curiosité, on l’éveille”.

Procéder à une veille en continu sur les informations qui circulent vous sera bénéfique et vous permettra de rester connecté. Pour être au courant des dernières nouvelles, voici une liste de sites à suivre pour connaître les grandes tendances à venir :

  • Les Echos (quotidien français d’information économique, financière et tech médias),
  • Blog du modérateur (le média des professionnels du digital),
  • Webrankinfo (plus gros portail francophone sur le référencement),
  • Aquinum (association des professionnels du numérique en Aquitaine).

 

  • Suivre les géants du web

Les plus gros acteurs du web effectuent sans cesse de nombreuses mises à jour dans leurs algorithmes, comme par exemple :

  • Google, qui détient 95% de parts de marchés des moteurs de recherche en France est le moteur de recherche sur lequel il faut être présent. Pour avoir des chances d’être vu par les internautes il faut figurer parmi les 4 premiers résultats de la SERP, et ce sont les algorithmes de Google qui déterminent votre position dans les résultats de recherche. Ces algorithmes prennent en compte plus de 200 critères de classement que nul ne connait. Les mises à jour sont faites automatiquement et Google ne prend plus le temps de nous prévenir.
  • En janvier 2018, Mark Zuckerberg a annoncé un important changement de l’algorithme de Facebook. Le réseau social numéro un a reçu plusieurs plaintes des utilisateurs. Ils estiment que leur fil d’actualité se retrouve envahi par les publications des marques et entreprises. Noyant ainsi les publications des amis et familles. Mark Zuckerberg a jugé important de revenir à une des valeurs fondamentales du réseau social à savoir la liaison entre les amis qui s’apprécient. « Facebook a été créé pour connecter et rapprocher les personnes qui s’apprécient entre elles ». En priorisant la vue dans le fil d’actualités des publications des amis et familles au détriment des publications des pages, marques, entreprises.

Ces mises à jour peuvent avoir un impact négatif sur la visibilité de vos sites internet, page Facebook, si vous les négligez.

C’est pourquoi faire preuve de curiosité et avoir une soif d’apprendre sont des qualités appréciées par les recruteurs de la licence professionnelle.

 

  • La créativité : une qualité essentielle pour la licence

Nombreuses seront les matières où l’on vous demandera d’être original et créatif.

Pour en citer quelques-unes :

  • Conception de sites web,
  • Techniques d’écritures de contenu web,
  • Webmarketing stratégique,
  • Infographie,
  • Projets tuteurés,
  • Concours de référencement,
  • et plus généralement lors de la mise en place de différentes stratégies web.

Pour l’inscription, mettez en avant votre individualité et votre différence : cela vous démarquera des autres candidats !

D’ailleurs, commencez par l’être pour votre présentation au format numérique, c’est le point qui suit 😉

 

  • Pré-requis d’admission : préparer une présentation de soi au format numérique

Qui dit Numérique dit Digitalisation, c’est pourquoi pour être admissible dans la licence professionnelle e-commerce et marketing numérique il vous sera nécessaire de préparer une présentation personnelle sur un support en ligne. Le support peut être créé spécialement pour la recherche d’entreprise dans le cadre de la licence ou être préexistant.

Il est possible qu’il s’agisse :

  • d’un CV en ligne retraçant votre parcours scolaire et professionnel,
  • d’un blog personnel, de voyage ou autre,
  • d’un portfolio personnel regroupant les réussites ou les acquis de formation,
  • d’un site internet,
  • d’une vidéo…

Pour en faciliter l’accès, vous devrez insérer un flash code ou une url simplifiée sur votre CV qui sera dans le dossier d’inscription.

  • Licence pro : l’importance d’être autodidacte

Suite à ces explications, vous entendrez probablement la phrase suivante :

“Voici la pioche, voici la pelle : à vous de creuser !”

Devenu culte auprès des étudiants, vous l’entendrez à chaque cours d’SEO animé par Mr Joanny.

L’expression doit être appliquée dans tous les modules. Elle résume parfaitement la philosophie de la formation e-commerce et marketing numérique qui nous forme à être de véritables généralistes des technologies internet. Ainsi, nous étudions les divers domaines que le web regroupe et c’est à nous d’approfondir nos connaissances.

  • Travailler en groupe : un pour tous et tous pour un

Le travail en groupe est favorisé tout au long de l’année dans de nombreuses matières de la licence professionnelle. Il permet des mises en situation proches de celles des entreprises. Le partage des tâches, la confrontation des avis, le développement des compétences et la fédération des équipes aident à la collaboration entre plusieurs parties.

Lors de l’année scolaire, plusieurs groupes sont constitués, certains pour des travaux de courtes durées comme pour les cours de marketing, de veille stratégique, de management ou gestion de projet et d’autres pour du plus long terme (6 mois) avec les projets tuteurés ou le concours de référencement.

Pour vous préparer à la rentrée ou pour répondre à vos questions et obtenir davantage de conseils, n’hésitez pas à entrer en contact avec des étudiants via la page Facebook de la licence, LinkedIn, ou bien nous contacter via le site internet .

Voilà, vous êtes maintenant paré pour postuler à la licence professionnelle e-commerce marketing numérique et entamer votre année du bon pied. Bon courage à tous !

 

 

Quel avenir pour les métiers du web en 2019 ?

La licence professionnelle E-commerce & marketing numérique à l’IUT Bordeaux Montesquieu forme une trentaine d’étudiants qui seront amenés à travailler dans les métiers du web en 2019 et dans les années à venir. Avec les avancées technologiques et la transformation digitale des entreprises, à quoi peut-on s’attendre au niveau du recrutement dans le secteur du digital en 2019 ?

État des lieux de l’e-commerce en 2019

L’année 2019 est une bonne année pour l’e-commerce français, une étude Xerfi montre que les ventes en ligne dépasseront les 80 milliards d’euros cette année. On note également l’évolution du nombre de sites e-commerce mais aussi l’augmentation du nombre d’acheteurs en ligne en France. Tout cela indique que la part de l’e-commerce dans le paysage français ne cesse de croître.

Les nouveaux métiers et l’emploi dans l’e-commerce

L’e-commerce, un secteur porteur

Le secteur du e-commerce est un marché qui génère constamment du travail. Saviez-vous que selon le journal du net, 37,5 millions de Français achètent sur internet ?

Cela représente beaucoup de consommateurs à satisfaire, ce qui impacte directement la création d’emplois dans le secteur. Le web est en demande constante de métiers digitaux adaptés à presque tous types de profils :

  • la communication sur les réseaux avec le métier de community manager,
  • la gestion, l’aspect commercial avec le métier de business developer,
  • la rédaction avec le métier de rédacteur web,
  • la gestion de projet avec le métier de chef de projet web,
  • le marketing avec le métier de chargé d’études marketing,
  • la stratégie avec le métier de responsable e-commerce.

L’émergence de nouvelles compétences

L’avènement du e-commerce a favorisé l’élargissement de nouvelles compétences dans le monde du commerce. Beaucoup d’entreprises ainsi que les grands groupes qui recrutent de nos jours accordent un grand intérêt au curriculum vitae du candidat. Ce dernier, pour avoir un profil recherché, doit maîtriser au mieux les divers aspects du commerce en ligne. Près de deux tiers des sites « leaders » ont augmenté leurs effectifs et plus de la moitié (54 %) souhaitait déjà poursuivre les recrutements en 2018, selon ComarketingNews.

Les changements dans la manière de recruter en 2019

La transformation digitale a modifié les besoins de beaucoup d’entreprises qui doivent trouver les bonnes personnes afin de pouvoir s’adapter et parfois même survivre dans leur secteur d’activité.

Le Candidate-Driven Market

Depuis quelques années, une collaboration entre les organismes d’éducation et de formation se met en place pour permettre aux entreprises et au gouvernement d’identifier les besoins en compétences. Les entreprises vont de plus en plus recentrer leurs processus de recrutement autour du candidat en lui-même dans une démarche appelée Candidate-Driven Market ou le marché de l’emploi orienté vers le candidat qui a pour objectif de permettre à chaque candidat de pouvoir accéder à ses aspirations… Une innovation dans l’emploi et le recrutement !

 

En effet, les entreprises se concentrent dorénavant sur l’importance de vendre une culture, une marque et une réputation pour attirer les meilleurs talents. Les candidats ne choisissent plus un poste en se basant uniquement sur le salaire mais également en analysant la culture de l’entreprise et le bien-être au travail. Il est important que les employés puissent se projeter dans une entreprise qui leur correspond.

Des recruteurs plus attentifs aux profils des candidats

Aujourd’hui, les recruteurs sont plus avertis et prudents. En effet, ils prennent en compte le social media, l’expérience du candidat, sans oublier les leviers d’acquisition de publicité maîtrisés par celui-ci. Ces leviers d’acquisition SEAsont des moyens qui permettent à une entreprise de se faire connaître sur son secteur grâce à des plateformes de publicités telles que Google Adwords, Facebook Ads ou encore Linkedin Ads.

Un processus de recrutement optimisé

Les entreprises ont encore des processus de recrutements qui ont tendance à être longs : en moyenne, la durée d’un recrutement d’un cadre est encore de neuf semaines et plus encore pour un cadre expérimenté (10 ans d’expérience et plus). Heureusement, une amélioration s’opère : aujourd’hui 30% des recrutements en France dureraient de deux à cinq semaines. Des nouveaux outils numériques contribuent à une amélioration du processus pour le dépôt de candidature, ces outils permettent de personnaliser le recrutement et de proposer une vraie valeur ajoutée au candidat. De plus en plus apprécié, l’entretien vidéo peut être adapté autant pour le recrutement d’un commercial (pour tester son argumentaire commercial) que pour celui d’un chargé de communication.

Concurrence et pénurie de talents

Le marché du travail a récemment vu les entreprises avec une grande demande en compétences spécifiques, ce qui entraîne une augmentation de la concurrence entre employeurs. Par ailleurs, le monde de l’informatique et du digital souffre d’une pénurie de compétences, en particulier de compétences techniques, mais surtout d’un manque de spécialistes. En 2019, les candidats qualifiés qui possèdent de nombreuses compétences ont de très fortes chances d’avoir plusieurs possibilités d’embauche à la fois. Une des clés du côté des entreprises est donc de savoir attirer les bons candidats.

Les perspectives pour les années à venir

En chiffres, les prévisions d’embauche pour 2019 et 2020 sont positives selon les experts de DigitalRecruiters

2019-2020 : des embauches au beau fixe !

Les métiers du digital continuent d’embaucher, selon l’Institut Mines-Telecom près de la moitié des entreprises interrogées recrutent encore plus cette année qu’en 2018, les autres entreprises garderont un rythme d’embauches similaire. Selon le site DigitalRecruiters, l’embellie amorcée en 2019 se poursuivra en 2020 avec de belles estimations prévoyant le nombre d’embauches des cadres à plus de 260 000. Depuis quelques années, les startups ont envahi les sites d’emplois en proposant des contrats en alternance, des stages et des emplois en CDI (niveau junior) à pourvoir. Cela promet à nos futurs apprentis diplômés de décrocher des entretiens d’embauche à convertir en emplois grâce à leurs expériences et connaissances acquises lors de leur formation supérieure en E-commerce et marketing numérique.

 “Cette année, 49% des entreprises envisagent de recruter plus d’experts du numérique et 45% autant qu’en 2018.”

Par ailleurs les cabinets de recrutement montrent que les startups ont une forte tendance à recruter dans les métiers du numérique, note Gabrielle Landrac.  Les profils recrutés changent avec l’arrivée de ces startups car celles-ci se tournent vers des profils moins qualifiés mais avec une expérience significative (diplômée de bachelors / licences) et moins vers des diplômés de masters qui coûteront plus cher. La plupart des autres grandes entreprises sont dans une démarche de digitalisation depuis plusieurs années déjà, les experts du numérique ont encore de beaux jours devant eux. Ainsi, les jeunes diplômés du secteur du digital pourront très certainement profiter de ce dynamisme en s’insérant plus facilement sur le marché du travail avec une meilleure perspective d’évolution qu’il y a quelques années.

Les corps de métiers les plus recherchés en 2019-2020

Parmi les métiers les plus performants sur le marché du travail, on retrouve le poste de développeur web, un poste des plus convoités par de nombreuses entreprises et organismes.

Selon le site Rebondir, sur les quelques 66.700 offres diffusées par Pôle emploi en 2018, les offres les plus récurrentes et nombreuses étaient liées à l’informatique, notamment au développement web mais aussi au conseil / maîtrise d’ouvrage en systèmes d’information. En effet, les compétences les plus recherchées sont techniques. On retrouve également des postes liés à la gestion de projet, notamment le métier de Chef de projet web, un poste crucial pour optimiser l’efficacité des équipes au travail et piloter les projets. Les autres métiers les plus recherchés sont aussi ceux d’Experts du Digital UX / UI et d’Expert digital blockchain.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la licence professionnelle et ses débouchés, consultez la page de la formation LP E-commerce !

Les marketplaces, véritables vecteurs de croissance e-commerce

Les marketplaces sont de véritables vecteurs de croissance pour les e-commerçants qui, selon une étude de XERFI, représenteront 33% des ventes en ligne en 2021. Soit une belle part des ventes du e-commerce en France.

Ordinateur avec un tableau de bord marketplace

Ordinateur avec un tableau de bord marketplace

Qu’est qu’une marketplace ?

Dans le secteur du e-commerce, une marketplace (ou place de marché) est une plateforme en ligne qui fait le lien entre l’offre et la demande. Faisons une analogie avec les marchés qui se tiennent régulièrement dans les villes et les villages : vous avez d’un côté des vendeurs, qui possèdent une offre qu’ils souhaitent vendre, et de l’autre, les acheteurs qui souhaitent acquérir des marchandises, c’est-à-dire la demande.

D’un point de vue webmarketing, cela prend la forme d’une plateforme en ligne où les vendeurs sont présents grâce à des espaces dédiés, semblables à une boutique dématérialisée. Les marchands peuvent y mettre des produits en ligne qui entreront en concurrence avec ceux d’autres marchands, afin de proposer une offre toujours plus avantageuse pour le client.

L’intérêt pour le marchand ? Bénéficier de la notoriété de la place de marché pour pouvoir avoir une certaine visibilité et générer des ventes significatives. La marketplace représente un vrai levier d’acquisition dans une stratégie webmarketing.

Comment fonctionnent les marketplaces ?

Le fonctionnement d’une marketplace est assez simple. En effet, il suffit à un marchand de suivre ces étapes : 

  • ouvrir un compte « vendeur » sur la marketplace en question ;
  • envoyer son catalogue produit (ou tout du moins une partie) sous forme de fichier, soit directement à la marketplace (pratique non optimisée), soit en passant par un agrégateur de flux comme « LENGOW » ou encore « CHANNEL ADVISOR » ;
  • être très rigoureux dans la gestion e-commerce pour honorer les commandes, les délais d’expédition et respecter les conditions des marketplaces.

A l’instar du référencement payant, la place de marché se rémunère de différentes manières grâce aux marchands présents sur sa plateforme, à savoir :

  • un système d’abonnement pour permettre aux marchands d’être présents sur la plateforme ;
  • des commissions sur chacune des ventes réalisées sur la marketplace ;
  • des mises en avant de produits à l’aide d’emplacements publicitaires ;
  • des services logistiques avancés tels que le « drop shipping » pour les marchands n’ayant pas l’infrastructure logistique nécessaire pour assumer un grand nombre de commandes.

Optimiser son flux sur les marketplaces pour se différencier de la concurrence

Une fois que le marchand est en place sur la marketplace, son travail ne s’arrête pas là. En effet, en fonction des produits et plus globalement du marché sur lequel il est positionné, ce dernier peut rencontrer une concurrence plus ou moins accrue. 

Comment se différencier de ses concurrents lorsque l’on vend la même chose ?

L’optimisation du flux est une réponse à cette interrogation, car elle fait partie intégrante de la stratégie digitale de la présence des e-commerçants sur les marketplaces.

Faisons une seconde analogie avec le travail de référencement naturel de Google, plus précisément celui des algorithmes permettant d’indexer et de classer l’ensemble des millions de sites présents sur Internet. 

Pour apparaître en top résultat, il faut que le site Internet réponde à de nombreux critères bien précis selon lesquels ces algorithmes jugeront de la qualité du site. Même principe sur une marketplace : avoir une offre la plus qualitative possible avec un prix compétitif permet de remporter la « pay box » et devenir ainsi le vendeur « favori » pour faire des ventes sur le produit concerné.

Une des questions que nous pourrions nous poser serait la suivante : comment être le plus optimisé possible ? Il est impératif de garder à l’esprit que les marketplaces recherchent avant tout à conclure les ventes les plus qualitatives possible, afin de satisfaire les clients et les inciter à revenir consommer chez elles.

Que faut-il faire pour avoir des ventes les plus qualitatives sur les marketplaces ?

En dehors d’une gestion logistique irréprochable, de nombreuses choses… mais l’un des aspects les plus importants est la fiche produit.

En effet, il est nécessaire que : 

  • les visuels soient soignés et mettent le produit en valeur,
  • les descriptions et les autres caractéristiques techniques soient les plus complètes possible, pour donner un maximum d’informations au client.

En bref, tous les champs mis à disposition par les places de marché concernant les produits doivent être renseignés de la meilleure des manières. En exploitant le nombre maximum de caractères disponibles, par exemple.

Ce qu’il faut retenir sur les marketplaces

Comme précisé au début de cet article, le potentiel des marketplaces est gigantesque et ne cesse de s’accroître. 

Il est impératif d’être présent en tant que marchand en ligne pour développer pleinement son potentiel e-commerce.

Toutefois, un point de vigilance est à signaler sur ce levier d’acquisition puissant.

Il est important de ne pas être trop dépendant des marketplaces, car elles peuvent représenter un vrai danger pour les e-commerçants. Celles ayant une notoriété qui, en général, est bien supérieure à celle des e-commerçants permettent aux produits présents sur la marketplace d’être mieux référencés que ceux du marchand. Cela aura pour effet de vampiriser des ventes directes de son site. 

La prudence est de mise, c’est pourquoi une segmentation des produits est une stratégie intéressante à envisager, pour mettre en avant sur les places de marchés des produits difficiles à vendre sur le site du marchand.

par l’étudiant Joseph Vicent